10 août, 2013

Rédigé par | Aucun commentaire

Traduction : [BARKS MONTHLY : Longue interview avec Tsunku vol.1] « Les Morning Musume。 étaient supposées durer un an et finir après le Kohaku. » Seconde partie.

tsunku_main001

 

Tsunku est le chanteur principal de Saharam Q, un groupe de rock qui célèbre son 25ème anniversaire cette année, et le charismatique producteur du Hello!Project avec tous ses groupes féminins stars comme Morning Musume。, Berryz Koubou et °C-ute. Il porte aussi la casquette de président de la société de spectacle TNX et est à la maison père de trois enfants.

Le musicien aux multiples talents semble ne jamais s’arrêter dans sa course vers ses rêves d’une musique et d’un divertissement réinventés. Nous vous proposons une longue interview spéciale par BARKS consacrée à Tsunku♂. Nous allons plonger dans ses réflexions et ses idées sur l’univers de Tsunku♂ et la légende de Sharam Q.

Volume 1 ou comment tout a commencé il y a 16 ans – Hello!Project

Ceci est la seconde partie de l’interview. Retrouvez la première partie ici.

◆  ◆  ◆

── D’après vous qu’est-ce qui fait que ça dure depuis si longtemps ? Quel est pour vous le facteur principal ?

TSUNKU♂ : En un mot, la « confiance ». Les élèves n’écoutent pas un professeur qu’ils ne respectent pas. Alors je m’efforce de gagner le respect de ces enfants en donnant toujours le meilleur de moi et en étant toujours sincère dans ce que je fais.

── Vous parlez d’enfants…

TSUNKU♂ : Dès 10 ans les enfants n’en sont déjà plus. Elles ont leurs propres goûts vestimentaires et autres, du genre : « Je veux cette coiffure, et je veux paraitre comme ça. » Je pense que ce serait difficile pour moi au Hello!Project de dire : « TSUNKU♂, le producteur, a décidé ça… Et ce sera pas autrement. »

── En lançant les Morning Musume。 aviez vous en tête la volonté que ça dure aussi longtemps ?

TSUNKU♂ : Absolument pas. Au départ, je souhaitais qu’elles annoncent leur séparation au bout de la première année. Quand elles ont été invitées à chanter « Daite HOLD ON ME! » au « NHK KOHAKU UTAGASSEN », je voulais annoncer lors de l’émission : « elles se séparent ». Dans ma tête j’avais même imaginé une super tournée d’adieu qui suivrait. (rire) Bon, au final les choses ne se sont pas passées de cette façon, et « LOVE Machine » s’est très bien vendu. Je réussissais à écrire de bonnes choses. Depuis ce moment là, je me suis beaucoup amuser à faire de la musique. Je crois que ça a pu durer parce que j’avais des choses à dire avec ma musique.

── Pendant tout ce temps, avez-vous déjà envisagé d’abandonner les Morning Musume。 ou le Hello!Project ?

TSUNKU♂ : Oui, ça m’est arrivé. Je me disais que si j’arrêtais, je pourrais démarrer une nouvelle vie prendre un nouveau chemin. Mais j’y ai seulement pensé et je n’ai jamais cherché à franchir le pas. Il y a une partie de moi qui veut que le Hello!Project reste dans la course. Aujourd’hui, le Hello!Project a pris une direction intéressante, et je crois que ça pourrait être amusant d’accomplir de nouvelles choses avec les filles.

── Les °C-ute ne s’en sortent pas mal non plus…

TSUNKU♂ : Ouais. Elles ont de plus en plus de fans filles. Et puis, je trouve qu’elles sont de plus en plus cool à mesure qu’elles deviennent adultes. J’espère juste qu’elles grandiront aussi dans leurs têtes. Elles sont encore sous l’emprise de la malédiction du Hello!Project, et elles doivent s’en défaire par elles-même.

── Diriez-vous que Momochi (Tsugunaga Momoko) des Berryz Koubou a, elle, réussi à échapper à cette malédiction ?

TSUNKU♂ : Non, Momochi est toujours frappée par la malédiction du Hello!Project. Même quand j’aurais envie de lui dire « Tu ne dois pas sourire à ce moment-là », ou « C’est pas l’esprit de la chanson », elles sourit automatiquement dès qu’une caméra se tourne vers elle. C’est comme une manie chez elle. Tout ça parce qu’elle a grandi au sein du Hello!Project.

── Y- a-t-il une personne que vous croyiez près de rompre cette malédiction du Hello!Project ?

TSUNKU♂ : Chisato Okai et Michishige Sayumi des Morning Musume。 se débrouillent pas trop mal. Haruna Iikubo aussi. Et Miyabi Natsuyaki des Berryz Koubou pourrait y arriver si elle prenait le coût de main.

── En vous entendant, je me dis que vous ne voyez pas les filles comme un groupe. Mais plutôt que vous vous intéressez à leurs individualités et leurs psychologies et que partant de là vous travaillez sur l’évolution de chacune d’elles.

TSUNKU♂ : C’est ce qui se passe avec le Hello!Project. On peut comparer ça à une tigresse qui pousse son petit au bord d’un précipice. Tout dépend de comment le petit réagi. Certains résistent et d’autres se crispent. Les plus prometteurs sont ceux qui font le plus preuve de souplesse pour éviter la chute. Les plus têtus se mettent en danger. Ce n’est pas plus mal pour elles de se trouver un petit ami bien comme il faut et de faire un beau mariage. Si malgré tout elles choisissent de rester et de tenter leur chance dans le show business, celles qui sont réfractaires en bavent. Dans un autre registre, Rika Ishikawa a cette autre attitude : « Je me moque de ma coiffure, j’y connais rien. Qu’est-ce que vous voulez que je porte ? » Ce genre de filles s’en sort en général. Les filles du genre obstiné sont vite cataloguées, et elles galèrent. Okai et Saki Nakajima des °C-ute sont prêtes à s’adapter. Quand on a deux membres aussi ouverts dans un groupe, les choses sont tout de suite plus marrantes.

── Je vois…

TSUNKU♂ : Je leur dis à toutes : « Pendant les enregistrements, si vous pouvez simplement vous souvenir des paroles, je m’occupe du reste. Pendant les lives, je me charge de la programmation. La chorégraphe mettra au point les enchainements. Mais, je ne vous dirai pas ce que vous avez à faire en dehors des tournées ». Prenons un exemple, la patineuse Mao Asada, et le golfeur Ryo Ishikawa, pensent au patinage ou au golf du moment où ils se réveillent jusqu’à celui où ils se couchent. C’est ce que fait un athlète professionnel. Qu’est-ce que toi tu fais en temps normal ? C’est là qu’on voit la différence entre celles qui comprennent qu’on ne travail pas seulement pendant les répétitions et celles qui ne le comprennent pas.

── Aah…

TSUNKU♂ : Quand on (Sharam Q) a pris la résolution de percer dans la musique en tant que groupe, on y pensait à longueur de journée. Mais vous les filles vous ne pensez qu’à sortir après les répétitions, non ? (rire) Il n’y a pas si longtemps il y avait des AKB48 avides de succès dans leur théâtre à Akihabara qui voyaient les Morning Musume。 et qui se disaient : « Nous aussi on veut cartonner. Comment faire pour y arriver ? » Et ça a porté ses fruits. Alors on doit adopter le même état d’esprit. Quand tu rentres à la maison, répètes tes mouvements de danse. Quand tu regardes des émissions à la télé, observe comment les gens réagissent à ce qu’on dit. Réfléchis à la manière de tenir ton micro de façon cool… Est-ce qu’une seule d’entre elles fait ce genre de choses ? C’est de ce genre de choses que je veux parler. (rire)

── Et l’avenir du Hello!Project… Comment voyez-vous les choses ?

TSUNKU♂ : Pour le moment, je ne me projette pas trop dans l’avenir. Je cherche à créer des bases solides. Je parlais des °C-ute et des Berryz Koubou plus tôt. C’est super d’être contentes de se produire au Nippon Budokan. Mais je me demande si elles sont physiquement et mentalement prêtes pour ça.

── Je vois…

TSUNKU♂ : Encore une chose… Les otaku sont moins nombreux maintenant. Aujourd’hui, ce ne sont plus que des « petits otaku ». c’est un nouvel univers idol qui est apparu depuis l’époque de Seiko Matsuda et KyonKyon. C’est un autre monde. Même les grand-mères connaissent les idols et disent des choses comme : « Je ne sais pas qui est qui, mais il y a un paquet d’idols, non ? » Bien sûr il y en a qui disent : « Le Hello!Project est comme ci. Ou les Morning Musume。 sont comme ça. » Ces personnes ne sont pas aussi « accro » qu’avant.

── C’est vrai. Les fans d’idols sont devenus mainstream.

TSUNKU♂ : Que va devenir le Hello!Project ? Plutôt que de revenir au Hello!Project que tout le monde connaissait, j’ai envie de le démocratiser, qu’il soit dans le coup et cool. Peu importe l’âge, il y a toujours quelque part cette « beauté cool ». C’est sur ce terrain que je veux amener le Hello!Project. Et je crois que Juice=Juice est un peu comme ça.

 

Texte original.

Leave a Reply