9 avr, 2012

Rédigé par | 4 commentaires

Niigaki Risa se confie avant son départ des Morning Musume.

Interview_Niigaki,Mitsui,Sayashi,Kudo (8)

A l’approche de sa graduation, Niigaki Risa a évoqué les 10 ans passés au sein des Morning Musume. dans une lettre très émouvante sur Tokyo FM. Lettre que nous vous proposons ici traduite en français.

Notre apprentissage commun

Petite, j’ai toujours été très timide.
Je me comportais différemment devant les gens, je n’étais jamais moi-même.
Mais, en CE2, j’ai fait une découverte exceptionnelle.
Moi, Niigaki Risa, je découvrais… Les Morning Musume.
Elles étaient radieuses et si belles. Elles dansaient avec entrain, elles resplendissaient.
Tout d’abord admirative, un rêve s’est petit à petit instillé et illuminé en moi
« Un jour, je chanterai et danserai en tant que Morning Musume. »
A 12 ans, j’ai passé les auditions.
Nous étions près de 40 000 mais seules 2 ou 3 filles allaient être choisies.
Une longue journée remplie de défis m’attendait.
Mais qu’importe, j’adorais les Morning Musume.
J’avais confiance en moi, je voulais à tout prix ne faiblir devant personne.
Il ne restait plus que 9 filles à la fin des examens, j’en faisais partie.
Commençait alors notre périple au camp d’entrainement.
Parmi elles, une fille qui venait de Fukui à l’accent bien marqué.
Là bas, nous ne pouvions partager la même chambre. « C’est dommage que nous ne soyons pas ensemble, pas vrai ? » dit-elle.
L’accent avec lequel elle a prononcé ces mots était si mignon.
Cette fille, c’était Takahashi Ai.
Et cette fille très à l’aise, à qu’il semblait difficile d’adresser la parole.
Elle avait un tempérament unique et était très bonne en danse.
J’étais sûre qu’elle allait être prise.
C’était Ogawa Makoto.
Il y avait aussi cette fille étrange à l’âme solitaire.
Lors des déplacements en bus, elle ouvrait toujours les rideaux pour contempler sans relâche l’extérieur.
C’était Konno Asami.
Avec moi, nous étions au total 4 gagnantes.
Pendant 10 ans et qu’importe les difficultés que nous avons traversés, notre amitié s’est toujours plus renforcée.

Niigaki-Risa_Radio

« Tout ira bien, tu es géniale »

Voici le commentaire que Tsunku-san avait fait en 2001 lors de ma présentation:
« Elle met tout son cœur dans la danse, et elle transmet son amour pour les Morning Musume. aux gens qui l’entourent. »
Puis, les Morning Musume. de l’époque avaient dansé « The Peace! » devant Takahashi Ai, Ogawa Makoto, Konno Asami et moi-même.
J’étais si près de Abe Natsumi-san, que j’estimais au plus haut point (la vidéo de ce moment ici)
A cet instant, et bien que j’avais conscience de faire mon entrée dans la cour des pro, j’étais tout simplement submergée de bonheur.
C’était peut-être parce que j’étais la plus jeune que mon excitation a pris le pas sur tout le reste.
Mais les leçons étaient dures, et j’étais frustrée de ne pouvoir réussir les performances que l’on attendait de moi.
Nous discutions beaucoup toutes les 4. Nous étions très bonnes amies dès le début.
Makochii mettait l’ambiance.
Konkon se manifestait avec ses « Fu~n » habituels.
Ai-chan était celle qui foncée tête baissée et que nous devions arrêter.
C’est un miracle. Que nous ayons pu devenir aussi bonnes amies.
Puis vinrent le temps des sotsugyou.

5ème génération

de gauche à droite: Niigaki Risa, Takahashi Ai, Konno Asami, Ogawa Makoto
dans les tenues de Mr.Moonlight ~Ai no Big Band~, leur premier single
Photo prise lors d’une réunion de la cinquième génération en 2011

Depuis l’audition 2001, Takahashi Ai, Konno Asami, Ogawa Makoto, mes camarades de la 5ème génération sont toujours restés mes plus précieuses amies.
En 2007, Ai-chan remplaça Fujimoto Miki-san en tant que leader des Morning Musume. Je devins alors sub-leader.
En 2011, Ai-chan quitta le groupe et je devins alors le 7ème leader du groupe.
D’une simple fille qui aimait les Morning Musume., je suis devenue leader.
Les jeunes filles qui viennent d’intégrer le groupe me rappellent ce que j’étais dans mes premières années.
J’étais moi aussi souvent tourmentée, embarrassée.
Et même dans ces moments-là, mes amies de la 5ème génération étaient là pour moi.
Makochii m’envoyait souvent ce genre de mails « Je ne suis pas bonne à grand chose mais je sais écouter, viens me parler quand tu le souhaites. »
Quand elle voyait que j’allais mal, Konkon s’approchait doucement de moi et me prenait dans ses bras.
Et Ai-chan qui me disait toujours avec le sourire « Tout ira bien, tu es géniale » en me tapotant l’épaule.
« Ah, c’est parce que ces personnes étaient présentes pour moi que j’ai pu en arriver jusque-là »
Ces mots ont un sens pour moi.
Et bien que je sois maintenant engagée sur ma propre voie, rien au monde ne pourra remplacer mes amies auxquelles je tiens tant.
Dans « Suki na Senpai », la chanson que nous chantions à 4, il y a cette question que j’aimerais leur poser.
« Comment me trouvez-vous aujourd’hui ? »

A Ai-chan, Makochii et Konkon,
Je suis si heureuse que nous ayons fait partie de la même génération.
Vous avez toujours continué à me soutenir, m’encourager, même pendant les moments les plus difficiles. Je vous en remercie.
Que notre amitié soit éternelle.

Niigaki Risa.

« Suki na Senpai » chantée par la 5ème génération réunie à l’occasion de la graduation de Takahashi Ai le 30 septembre 2011

Source

Letters for Link / Tokyo FM

Traduction : Raph_Tek
Grand merci à Miki Chan et l’Autre Loutre pour leur aide m(_ _ »)m

  1. Merci !!!Très belle lettre, mais qui nous rappelle que le sotsugyou de Risa approche…

  2. Oui très jolie lettre, dommage quelle ne reste que peu de temps dans les MM en tant que leader. A qui le tour ? ça…..

  3. Quelle belle lettre.Je suis content que Niigaki Risa ait été là pour les 9ème et 10ème générations. Elle a une capacité d’empathie qui fait d’elle une leader hors paire. Et avoir une senpai pareille pour les jeunettes c’est une chance.Vive Gaki-san !!!

  4. cocolabbef says:

    ça y est. je pleure comme un bébé T_T

Leave a Reply